L'Australie du sud

Nous voulions encore explorer l’outback australien. C’est donc dans cet esprit que nous sommes allés à Port Augusta qui hormis sa situation géographique pour explorer les Flinders Rangers ne présente aucun intérêt. Ari allait encore être sollicité pour faire près de 800 km autant dire que le copilote que je suis avait la pression sur ce que nous étions supposés découvrir…  Après notre petit échange avec la police locale…nous avons trouvé un pied à terre avec piscine ce qui a réjouit les filles devenues insupportables après une journée à l’arrière de la voiture. Le lendemain, nous sommes partis pour un circuit de 500 km au milieu du parc. Sous une chaleur écrasante que nous n’avions pas connue depuis plusieurs jours, nous sommes partis confiants et surtout le réservoir plein à l’assaut des Flinders. Une première escale pour voir des peintures rupestres aborigènes allait donner le ton de cette journée, éprouvante et décevante. La seule véritable rencontre au milieu de ce nulle part fut des kangourous faisant des sauts majestueux et impressionnants de puissance. Après ce que nous avons vu en Argentine, ces petits monts ressemblent à notre Ménez-Hom ou l’art d’attirer le touriste pour voir des ruines (l’épine Blanche sous Pompéï pour ceux qui s’en souviennent) dixit Philou. Notre mauvaise foi étant à son paroxyme, nous serions tentés d’ajouter qu’une classe de GS CP pourrait être l’auteur de ces pochoirs (à vous de juger)… Ari est resté flegmatique, la copilote était rougeode et penaude et les filles effarées d’avoir des parents qui vraiment font n’importe quoi… Heureusement un petit tour dans la piscine pour rafraîchir les esprits et c’était reparti… Nous avons donc pris la direction de la Limestone Coast, entre Meningie et Mont Gambier (allez à vos planisphère…), avec l’espoir de retrouver un peu de l’ambiance de kangaroo island. Notre stop se fera à Robe où nous trouvons un YHA dans un vieux manoir. Il fallait remonter le moral des troupes et en bons français que nous sommes, seul un bon repas pouvait regonfler les fantassins. Un poulet avec des patates autour, ça n’a l’air de rien vu de France mais au royaume du take away, c’est un festin… Un petit tour sur la plage mais sans baignade car l’eau dans la mer australienne est disons plus que revigorante, devait parachever ce break bien mérité. La météo australienne est extrêmement chahutée et nous avions planifié d’aller voir un autre parc naturel appelé Grampians, mais là aussi des pluies diluviennes ont fermé les routes. Ari et sa copilote n’ayant pas un parcours au cordeau, ce petit changement a vite été digéré. Cette improvisation permanente est d’ailleurs parfois une source d’inquiétude pour Hortense qui a 19 heures aimerait savoir où elle va dormir… Et puis le 26 janvier est l’australian day (14 juillet français), nous avons donc fait un BBQ breakfast avant de reprendre le volant. Quant aux australiens, au programme deux occupations très importantes : cricket et surf. Mais vous trouverez aussi des bikers d'une organisation chrétienne partis en vadrouille boire des bières...Après 6 jours de mer, des pêcheurs  déchargent leur butin constitué à 95% de requins mais des petits seuls comestibles...Voici dons un florilège de photos pris au cours de ces 1500 km de routes australiennes…

Commentaire

Famille Dube de L'épine_blanche de Dube fabrice (3 avis) - 29-01-11 18:Jan

bravo pour tous ces beau payages et que du bonheur de decouvrir tous ces animaux pour tous ça merci bisou aux filles et a bientot

Cet avis vous a-t-il été utile ? Oui Non

Votre commentaire sur 'L'Australie du sud'