Tropical and Capricorn Coast

Nous quittons notre belle plage, direction le sud. Nous longeons la côte du Queensland qui a été balayée il y a 1 mois par un cyclone. Sur 300 kilomètres de large, des vents entre 130 et 200 km ont agité la végétation qui est ici très dense. Une bande de quelques km est habitée, puis c’est la forêt tropicale qui étale sa verdure luxuriante. Les bananiers ont été ravagés, les manguiers ont mieux resisté. On trouve aussi des ananas. Cette culture consiste en une plantation qui donnera son premier fruit 15 mois après avoir été mise en terre et qui  produira au total 3 fruits. Mais la culture qui prédomine c’est la canne à sucre. Nous faisons notre première halte à Airlie beach porte d’entrée des whitsundays, ces îles découvertes par Cook où nous ferons une nouvelle fois du snorkling. Nous ne verrons pas ces paysages sous le ciel bleu qui leurs donne cette réputation de « plus belles plages » d’Australie, car le temps est agité. Néanmoins nous observerons encore de magnifiques poissons au cours de cette balade au milieu d’îles paradisiaques. L’endroit est essentiellement cotoyé par des jeunes du monde entier qui après avoir travaillé à Sydney ou à Melbourne viennent découvrir les fonds marins australiens. De grands backpakers draînent cette population cosmopolite en proposant des voyages « tout compris ». Nous rencontrons encore des jeunes français et partageons nos impressions sur ce vaste pays. Ils apprécient la facilité pour trouver un emploi, ici il y a seulement 5% de chomeurs. 50% de la population est citadine. Les richesses australiennes sont surtout sousterraines et l’exploitation des minerais est une mane financière très importante. D’ailleurs ils « dealent » avec les chinois qui produisent l’ensemble des produits manufacturés que vous pouvez acheter. Nous avons vu à plusieurs reprises des trains de charbon de plusieurs kilomètres. Ainsi il faut savoir que le tourisme ce n’est même pas 1% de leurs ressources…

Tout au long de notre parcours, nous traversons de petites villes aux larges rues sans âme où les take away monopolisent les devantures. Et puis sur la route des bikers et des « wicked » qui sillonnent les routes. Enfin sur les bons conseils de voyageurs nous faisons un détour pour voir une petite ville dont le nom « 1770 » évoque la découverte de l’Australie. Et sous un ciel d’un bleu azur une magnifique baie s’étend sous nos yeux. Décidemment devant la beauté de la nature on reste un peu muet. On ne se lasse pas d’observer ces couleurs contrastées, à chaque fois le plaisir de la découverte est renouvelé. Une petite baignade pour les filles cloturent cette escale pour le déjeuner, car Ari doit nous conduire jusqu’à Harvey bay. Parlons en du déjeuner car la cuisine française nous manque, la baguette, le fromage et même notre bon vieux jambon… Le seul refuge c’est de manger asiatique. Nous sommes pourtant tombés sur une émission au concept identique à ceux connus sous le nom de « masterchef ou un dîner presque parfait » en France. Le juge est d’ailleurs un cuisinier français qui s’est converti au cheese cake… Impossible ici de trouver notre petit resto où vous avez un menu pour 15 euros de plats cuisinés avec des produits frais. Cette fois-ci encore, l’alternative à notre salade riz, tomates, thon, oeuf qui s’offrait à nous, c’était un hamburger, frites, coka à 13 dollars, voilà tout est dit !

 Quant à Ari depuis que sa voiture est blanche, il passe incognito, incroyable…

Commentaire

coucou du clos breton de michel LERAY (3 avis) - 13-03-11 21:Mar

avec retard mais avec joie que nous regardons vos photos magnifiques quelle surprise de voir cette violence du vent même la vache en a perdu une corne !!! super les fille pour cette plongée surtout philo géniale ma puce content de vous voir tous les quatre de très très grosses bises !

1 sur 1 personne a trouvé cet avis utile.
Cet avis vous a-t-il été utile ? Oui Non

Votre commentaire sur 'Tropical and Capricorn Coast'